Tensiomètres
Il y a 9 produits.

Tensiomètre

 

En bref – Souvent silencieuse et insidieuse, l'hypertension artérielle (HTA) peut entraîner des complications cardiovasculaires graves pouvant avoir de fortes répercussions sur l'espérance de vie du malade. Une mesure régulière de la pression sanguine par un praticien ou par le sujet lui-même s'avère souvent primordiale pour détecter certains signes d'alarme ou adapter un traitement.

 

L'évaluation de la tension artérielle s'effectue à l'aide d'un sphygmomanomètre (du grec "sphygmos", le "pouls") ou tensiomètre. Cet appareil, traditionnellement composé d'une poire permettant le gonflement d'un brassard relié à un manomètre, est utilisé conjointement avec un stéthoscope qui permet d'entendre les variations flux sanguin.

La pause du brassard s'effectue généralement 2-3 cm au-dessus du pli du coude gauche (pour les droitiers), avec le bras posé en position repos, main ouverte, à hauteur du cœur. Le stéthoscope est alors placé sous le brassard par le praticien (ou le sujet en cas d'auto-mesure) et tenu entre l'index et le majeur. La poire est alors pressée (valve fermée) jusqu'à une valeur de 18 mm Hg, afin de gonfler le brassard et de bloquer la circulation sanguine. L'air est alors évacué par ouverture modérée de la soupape jusqu'à l'apparition d'un bruit pulsatif qui correspond à la réactivation de la circulation dans le bras (pression artérielle maximale ou systolique). Le dégonflage continue jusqu'au moment où le bruit disparaît (pression artérielle minimale ou diastolique).

 

La mesure de la pression artérielle s'effectue de plus en plus par le patient lui-même, sous forme d'un autocontrôle régulier qui présente les avantages suivants:


* Les valeurs obtenues par plusieurs auto-mesures donnent une évaluation plus précise de la tension moyenne et non une estimation instantanée lors d'une visite médicale, où le sujet peut être stressé;


* Il permet de détecter les effets "blouse blanche" et d'agir rapidement en cas de mesures anormalement élevées;


* Il responsabilise le patient et permet un meilleur suivi du traitement antihypertenseur;

 


Il existe plusieurs types d'appareils faciles d'utilisation (présence de capteurs intégrés à la place du stéthoscope) et permettant un autocontrôle régulier par le patient hypertendu.

 

  • Les tensiomètres de poignet sont, de par leur taille réduite, faciles à transporter et à placer. Ils doivent cependant être positionnés au niveau du cœur lors de la mesure, au risque d'indiquer des valeurs faussées en cas de placement trop haut (valeurs réduites) ou trop bas (valeurs augmentées). Parmi les différents modèles, citons le Tensiomètre Poignet Digitensio® IHD Marque verte, le Tensiomètre électronique de poignet Omron® (R2, R3, RS3, RS6…), le Tensiomètre Automatique Poignet Pharmea®, le Tensiomètre poignet Tensoval® Mobil Classic, etc.

 

  • Les tensiomètres brassards sont plus volumineux et moins faciles à placer que leurs homologues de poignet. Ils nécessitent en outre un brassard bien adapté à la morphologie du bras (tailles jusqu'à XXL). Citons les modèles Braun® Tensiomètre exactFIT (3, 5), Tensiomètre Brassard Digitensio® IHD Marque verte, Omron® Tensiomètre au bras (M2 basic, M6 confort), Pharméa® Tensiomètre Médical Brassard IHD, etc.

 

Le choix de l'appareil est déterminé par la mobilité du sujet (préférer la mesure au poignet en cas de déplacements fréquents), par sa morphologie (en cas d'embonpoint ou d'obésité, éviter les modèles brassards en raison de la couche adipeuse plus importante au niveau du bras), ainsi que par d'éventuelles pathologies associées (modèles brassards en cas de maladie de Parkinson, etc.).


Quel que soit le type de tensiomètre, d'autres paramètres importants doivent être pris en compte pour un choix optimal:


* La mémoire de l'appareil, permettant une sauvegarde des données pour un ou plusieurs utilisateurs;


* La présence d'une fonction MAM (Mesure Artérielle Moyenne) activable à volonté et calculant une moyenne pondérée de 3 mesures successives;


* La détection d'un pouls irrégulier ou d'une arythmie au moyen d'une technologie IHD (Irregular Heartbeat Detector);


* Un indicateur de mauvais positionnement ou de mouvements lors des mesures.

 

 

Les conseils Granpharma


* La tension doit être prise de manière régulière, toujours au même bras et à la même heure de la journée (matin ou soir), sans bouger ni parler


* Les résultats doivent toujours être inscrits dans un carnet consultable par le médecin


* Avant chaque prise, observer une période de repos de 2-3 minutes puis attendre au moins une minute avant une deuxième mesure


* Ne pas bloquer la circulation durant une prise (port de vêtements serrés, jambes croisées…)


* Ne pas boire de café ou fumer dans l'heure qui précède la prise


* Uriner avant tout autocontrôle


* Idéalement, il est conseillé de pratiquer trois prises de MAM le matin et le soir et ce, trois jours de suite avant une consultation médicale