Hypertension
Il y a 10 produits.

Prix

6 - 110 €

Fabricant

HYPERTENSION

 

 

En bref – La pression artérielle, encore appelée "tension artérielle" ou "tension", correspond à la force de poussée exercée par la circulation sanguine dans le conduit artériel, ainsi que sur la paroi des vaisseaux (distension mécanique). Elle se mesure en position assise ou allongée, chez un patient au repos (5 à 10 min) et dans un environnement calme. L'interprétation de la tension tient compte de (1) de la pression artérielle systolique (PAS), valeur maximale mesurée lors de la contraction du cœur, (2) de la pression artérielle diastolique (PAD), valeur minimale mesurée lors du relâchement cardiaque, ainsi que (3) de la résistance vasculaire périphérique. Elle se mesure officiellement en pascal (Pa) ou, plus traditionnellement, en millimètres de mercure (mm Hg).

 

Ainsi, la tension d'un sujet adulte est considérée comme normale lorsque la PAS est inférieure à 140 mm Hg et la PAD en dessous de 90 mm Hg. En cas d'augmentation des valeurs, confirmée sur deux consultations médicales rapprochées, on parle d'hypertension artérielle, voire d'effet "blouse blanche" si les chiffres n'augmentent qu'en présence d'un médecin. Si les valeurs diminuent ou s'effondrent, on utilise les termes d'hypotension ou de collapsus cardiovasculaire, respectivement.

 

 

L’hypertension artérielle (HTA) peut donc être considérée à la fois comme un symptôme, une pathologie aigüe ou chronique ou un facteur de risque cardiovasculaire, se caractérisant par une pression trop élevée au niveau des artères. Souvent asymptomatique, elle s'accompagne parfois de dyspnée à l’effort, de vertiges, voire de troubles digestifs (céphalées, nausées, vomissements…) dans les cas plus graves. Il est donc nécessaire de mesurer régulièrement sa tension afin de détecter une hypertension silencieuse. Chez les patients souffrant de diabète ou d'insuffisance rénale, les fourchettes de pressions normales sont généralement plus basses (PAS < 130 et PAD < 80 mm Hg).

 

Lorsqu'elle n'est pas correctement prise en charge, l'HTA peut entraîner des complications parfois très graves au niveau cardiaque et vasculaire, incluant notamment des accidents vasculaires cérébraux, des anévrysmes, des cardiopathies ischémiques (crise d'angor, infarctus du myocarde…), des encéphalopathies hypertensives (maladie d'Alzheimer…), des insuffisances cardiaques ou rénales, etc.

 


Pour plus d'informations, voir la fiche conseil: Hypertension



Parmi les principales causes d'HTA, on peut citer la coarctation (ou réduction) aortique, avec hypertension au niveau des membres supérieurs et hypotension dans les membres inférieurs, l'insuffisance rénale chronique, entrainant une rétention hydrosodée et une augmentation de la volémie, certaines pathologies endocriniennes (hypercorticisme…), ou encore le syndrome d'apnée obstructive du sommeil. Certaines substances (alcool, cocaïne, sel…), plantes (réglisse…) ou médicaments (Antidépresseurs: IMAO; Antimigraineux: dérivés de l'ergot de seigle, triptans; Anti-inflammatoires: AINS, corticoïdes; Contraceptifs œstroprogestatifsMolécules sympathomimétiques: adrénaline, éphédrine, épinéphrine, pseudoéphédrine; etc.) sont reconnues pour leurs propriétés hypertensives. Enfin, une mauvaise alimentation, le manque d'exercice physique, certains troubles nerveux (anxiété, insomnie, nervosité, stress…) et surtout le tabagisme sont autant de facteurs à risque pouvant entraîner une HTA.

 

Au niveau mondial, on estime à environ 25 – 30 % la proportion de sujets hypertendus, aussi bien chez les hommes que chez les femmes, l'HTA causant presque la moitié des accidents vasculaires cérébraux et cardiaques recensés. En France, 10 – 15 % de la population serait concernée, plusieurs millions de personnes n'étant pas prises en charge ou insuffisamment contrôlées.

 

 

LES CONSEILS GRANPHARMA

 

* Avoir une activité physique douce (mode détente, pendant au moins une demi-heure) et régulière (au minimum, trois fois par semaine)

 

* Privilégier la qualité du sommeil, afin d'éviter la production d'hormones de stress, ainsi que la rétention de sel et la prise inhérente de poids

 

* Adopter un régime amaigrissant en cas de surcharge pondérale, en diminuant les graisses saturées (viandes, lait entier, crème fraiche, fromages gras) et en favorisant les fruits et légumes riches en fibres, ainsi que les graisses insaturées (huile d'olive, colza…)

 

* Favoriser un régime hyposodé en évitant si possible certains types de viandes (abats, charcuterie, jambon, mets fumés, saucisses…), poissons (caviar, crustacés, mollusques, œufs de poisson…), légumes (câpres, cornichons, olives…), fromages et autres sels cachés (conserves, plats industriels et surgelés…) ou aliments sur-salés (biscuits apéritifs, chips…)

 

* Boire abondamment des eaux minérales non gazeuses et/ou pauvres en sodium

 

* Limiter les substances hypertensives (alcool, bonbons ou tisanes à la réglisse, café…) et arrêter absolument le tabac